Récit de mon marathon vert

Le rdv du Marathon vert est pour notre région de vitré , un marathon bien connu de notre association avec de nombreux participants depuis des années.

Pour ma part , c'est mon premier en individuel alors comme à mon habitude la remise du package et du dossard reste un moment important avec la découverte du village et des meneurs d'allures.

 

Jour J : nous voici arrivé  7h00 à la Poterie pour prendre la navette direction CAP MALO  .

Arrivé sur place , nous nous rassemblons dans le seul endroit abrité car la température est fraîche un peu plus de 6 degré alors on prend notre temps et un petit café est gracieusement offert par les bénévoles puis nous nous échauffons avec les copains afin de rejoindre le départ.

Le départ est donné et la largeur  permet au peloton de s’écouler rapidement, 1 er km est passé sous 4min30s, je suis à coté des meneurs d'allure des 3h15 , je papotte et  pose comment va être le rythme imposé et leur positionnement et là ils annoncent qu'ils vont rester tous les deux ensemble donc je m'interroge mais  il est encore temps de corriger l’allure. direction La Mézière présente un profil Roulant 

notre allure est plus que bonne plutôt autour des 4min30s voir moins mais  la 1 ère montée se situe à La Chapelle des Fougeretz, l’ambiance est assurée pour atteindre le km 5 et sans doute un temps de passage flatteur mais dans le timing 22min30s.

Du 5 au 10 km , nous essayons de ne  pas s'emballer  en descente et rejoindre l’entrée de la commune de montgermont avec une petite montée et son animation bretonne.

Au passage du 10 km,  je vérifie la régularité de l' allure 45 min impeccable , je prend mon premier gel énergétique  .  Ensuite une succession de montées descentes nous fait rejoindre pacé  ou quelques gars tombe je préfere prendre un peu le vent que de rester dans le peloton et tomber (est ce une bonne idée?) ou la aussi devant le gymnase les filles donne de l’animation zumba   ensuite une petite difficulté au 12 km puis le passage du 15 km en 1h08min.

en suite nous nous dirigons vers le 20 ieme km tout va pour le mieux je prend mon 2 ieme gel et boisson énergetique pour enfin passer le semi-marathon en 1h36min (en avance sur le programme mais prévu par les meneurs d'allure). Nous quittons la campagne pour rejoindre la zone urbaine et là il y a déja plus de monde sur les routes et les encouragements me font que du bien je commence a me faire décroché par les meneurs je me dit accroche toi car le vent tourne mais devant le CH de saint Grégoire ils m'ont pris 15 m pas grave il y a un ravitaillement pas loin et j ai tout ce qu'il faut donc je fais l'impasse pour recollé ouf .

nous attaquons la partie sérieuse du 25 au 30 km  que j'avais repérer (je décroche tampis),  quelques supporters que je connais m'encourage mais mon allure commencent a baissé 4min45 pas grave .

Je regarde mes mémo sur les bracelets je suis trop juste  pour les 3 h15 normal il y a une marche tout de même et ma tactique commence a se faire trottiner dans la tête donc passage au 30 km en 2h18min rien de grave le parc des Gayeulles me font revivre de bon moments passer à m’entraîner pendant mes études.

 

c’est le début d’un calvaire annoncé

les motos arrivent avec les caméra "cool je vais passé à la tv alors coucou chérie , les enfants et amis " mais en fait c'est jean-françois Delaunay et le 1 er duo qui me dépasse .

Je lui salut bien entendu mais ce léopards courent très vite mais quelques vitréen situé situé sur le parc de beaulieu m'encouragent mais rien ni fait les léger faux plats et les concurrents reviennent de l'arrière d'ailleurs j'appercois ludovic pas loin qui me laisse présager qu'il faut m'alimenter pour essayer de finir avec lui si j'accroche et retrouve une bonne allure sur les quai.


d'ailleurs 35 km et  2 h 45 min de course  et bien voilà la jonction est faite , il me passe mais impossible à s'accrocher , il est plus frais  et ma cheville et ampoule me font du mal .

Du 35 au 40 km  , les quai endroits sympathique pour ce promener qui peuvent devenir une galère quand votre tête est bonne et que vous voulez relancer l'allure mais malheureusement rien ni fait,  les jambes sont lourdes et mon manque de fraîcheur se fait sentir,  je descend à 5min30s au kilomètre.

je manque un  peu de «jus» pour cette fin de parcours et mon manque d'expérience .

 

la pluie arrive pas grave la dernière difficulté placée rue de Paris   demande beaucoup d’ énergie et là gros coup de moral impossible d'avancé sur ces pavé pourtant ils ont mis le tapis rouge je regarde la montre km 41 passé en 3h18 pour  rejoindre la place de la Mairie avec cette pluie j'essaye de me dire que cela va le faire et que je vais finir en moins de 3h25 (record personnel) .

 

dernier km , les concurrents,  bénévoles , publics sont nombreux ainsi que les mascottes la pluie et vents redoublent mais rien y fait j'y arrive pas à  accélérer je me fait doubler par beaucoup de monde "grrrr" et puis la délivrance 3h26 et 406 ième place sur 1585 arrivants une performance en soi.

Voilà maillots finisher , médaille marathon  et sac à dos "j'ai contribuer pour planter 42 arbres cela fera du bien a cette planète"

Un ravitaillement avalé vite fait Direction le camion pour récupérer mon sac puis me changer, j'ai froid , je tremble mes pieds me font mal,

J'appelle de suite ma femme pour la rassurer et lui dire mes premières impressions.

 

 

 

Ensuite , je me dirige vers l'espace "bien ètre" de suite,  je suis pris en charge par des bénévoles aux petits soins , passage aux podologues qui font de mes pieds un programme pour leurs mémoire (photo explications sur le pourquoi du comment) bref j'ai froid et tremble ma doudoune du marathon me réchauffe.

Direction les kinés et là ma hanche ne veux plus rien savoir un mal terrible mais bizarrement rien aux mollets et cuisses .

 

Je décide d'interrompre la séance , je préfère rentrer prendre le métro et manger auprès des miens près de la cheminée. 

 

voilà mes impressions et place à la récupérations pour une fin de saison plus tranquille avec les copains et mes habitudes d'automnes.